Fabrice Langlade

Fabrice Langlade est né en 1964 à Reims. Il vit et travaille à Paris et Montreuil.

Le monde de Fabrice Langlade, sculpteur actif depuis les années 1990, est celui des énigmes, des formes qui ne déclinent pas d’office ce qu’elles sont et représentent. Carrousel (2008) : ces figurines blanches de porcelaine aux accents enfantins, animaux ou génies familiers, on croirait bien les avoir déjà croisées dans nos lectures de gosse, ou au Club Dorothée… Représentées à échelle humaine, de physionomie simplifiée, affichant un air de silhouettes découpées qu’accentue leur blancheur, toutes posent sur un socle, parées de mystère. SSHH (2002) : dans un salon genevois, des « formes » ectoplasmiques ont été disposées par l’artiste au sol et sur les meubles. Grosses pastilles Valda recouvertes de peinture phospho-luminescente, et qui auraient fondu, ces objets artistiques mal identifiables ne semblent là que pour encombrer subtilement la place et titiller l’esprit de quiconque les contemple, en pleine lumière ou plongé dans la pénombre. Leur singularité, leur inutilité potentielle, le côté bizarre encore, non identifiant, de leur intitulé les rend paradoxalement magnétiques. On voudrait les prendre dans nos bras, les toucher, les caresser, les déplacer, s’en servir comme on se sert d’un ballon, à des fins ludiques.

Pour la 1re Biennale art nOmad — Sublime de Voyage, Fabrice Langlade présente Jets, une œuvre mystérieuse. Jets montre l’artiste (filmé par Leo Haddad) lancer de petites sculptures en formes d’oiseaux métalliques, ou de drones. Au terme de leur course, comme des couteaux de cirque, ces « Jets » (la chose jetée, mais aussi l’avion à réaction, le « jet ») se plantent dans un mur. Ces oiseaux inquiétants tantôt quittent la main de l’artiste, tantôt reviennent se placer dans celle-ci comme des boomerangs. Accentué par le noir et blanc, la musique et la lenteur du procédé, le cérémoniel de ce « lancer d’objets » insolite donne une incontestable épaisseur métaphorique à cette courte vidéo. Mystère, intrigue, dérèglement de la physique…, ne reste au spectateur, à défaut de comprendre ce qui se trame, qu’à s’émerveiller sans retenue.

Pour en savoir + : http://www.fabricelanglade.com/

Fabrice Langlade (avec Léo Haddad, réalisateur de la vidéo) : Jets. Vidéo. 3‘16‘‘.